Le recreo de castilla ou huerta de las infantas

Le recreo de castilla ou huerta de las infantas

DATE DE DÉBUT: XVIe Siècle


Le Recreo de Castilla est un jardin situé près de la muraille du Château de Priego, au bord de l’Adarve, et qui existe au moins depuis le XVIe siècle.

Le premier document faisant allusion à ce jardin, surnommé «Huerta de las Infantas», date de 1550 et il s’agit d’un contrat de vente de cet endroit, situé sous la muraille, près de l’ancienne porte de la ville.

En 1857, ce terrain fut acheté par Monsieur Antonio Castilla, qui construisit une maison là-bas. Au cours des décennies qui ont suivi, cet homme et ses héritiers (les Castilla Abril et les Castilla Bermúdez Cañete), ont transformé l’enceinte en un jardin romantique plein de végétation et jeux d’eau. Le jardin et l’étang, dont l’eau vient de la Fuente del Rey et qu’auparavant faisait bouger les moulins de la zone, sont devenus un espace de loisir pour les nombreux membres de la famille, qui y organisaient des soirées et des fêtes privées en été.

En 1948, quelques habitants de Priego ont décidé d’organiser une série de concerts à l’imitation des concerts célébrés aux jardins de l’Alhambra lors du Festival de Musique de Granada. Ils ont demandé à Monsieur Álvaro Castilla Abril, propriétaire du jardin à l’époque, de leur prêter l’enceinte. Le premier concert eut lieu le soir du 1er septembre 1948, ceci étant l’origine de l’actuel Festival International de Musique, Théâtre et Danse. Le Festival y eut lieu jusqu’à 1957.

À cette époque, on appelait le jardin « Huerta de las Infantas ». Cependant, lors des 50 dernières années, il a été également appelé « Recreo de Castilla », à cause du nom de famille des propriétaires.

En 1996, le géographe Ángel Luis Vera Aranda a écrit à propos du Recreo de Castilla :

« Les légendes autour des passages secrets et des trésors cachés se mélangent avec ce qui pourrait être la réalité de plusieurs endroits à Priego (comme le Callejón de la Joya ou l’Adarve). Si on utilisait correctement la combinaison de travertin, eau et végétation, cette ville deviendrait un cadre encore plus incomparable qu’il l’est de nos jours ».

Entre 1970 et 2003, l’enceinte est restée dans l’oubli et devient presque une ruine. En 2003, on a organisé un concours international d’idées pour restaurer et transformer le jardin en un parc public.