L'Artisanat

La taille en bois et la forge représentent les piliers basiques de l’artisanat « prieguense ». Il reste encore des ateliers artisans, suivant une tradition avec beaucoup de siècles d’antiquité, dont les travaux de restauration, meubles, sculptures religieuses et dorés sont demandés partout à Andalousie. La modalité de sculpture réalisée aux ateliers « prieguenses » appartient au baroque grenadien, suivant les canons et les modèles des objets, autels, meubles et cornes d’abondance qu’on conserve dans les maisons et les églises du village.

Les travaux en taille sont donnés vernissés simplement ou dorés en or fin ou faux. En ce qui concerne les travaux en fer, on peut voir des grandes modèles dans les grilles des fenêtres et balcons qui décorent les rues. Quelques ateliers de la ville vivent grâce à cette activité.

Tous les deux activités ont été favorisées avec la formation de nouveaux artisans à l’École Atelier, aux cours de taille en bois, plâtre, forge et fonte. D’autres exemples d’artisanat qu’on peut trouver dans la région sont : tissus artisans en métier à tisser, appelés dans cette zone « gouvernements ». Ils sont faits avec bandes de tissu tissées qui donne lieu à une grande gamme de formes et couleurs, fabriquant des couvre-lits, des couvertures, des rideaux, etc.

Les femmes de Priego continuent à faire des broderies avec du fil, ouvrages de crochet et dentelles aux fuseaux. À la campagne, de nos jours, on a maintenu toutes les activités de création d’outillage agricole et domestique, ayant comme origine la tresse d’éléments végétaux comme le sparte avec lequel on fait des couffins pour les mulets, des grandes corbeilles de tresse de sparte et des cordes de tresse. Les baguettes utilisées pour la création de grandes corbeilles sont généralement d’olivier, d’osier et de coing. Elles travaillent aussi la massette. Mais, si on parle de l’activité la plus particulière et intéressante, on parle des travaux en paille de « escaña ». Il s’agit d’une céréale de la famille des Triticum, primitif, qui possède des petits grains qui donnent des grandes tiges, sans nœuds, dorés et très aptes pour la manipulation.

Une fois fauchées, ces tiges étaient épluchées par les femmes dans les aires avant d’être battues, et, une fois dans les maisons, elles les mouillaient et les travaillaient en formes de spirales suivant des formes circulaires afin de créer des petits paniers, des petites corbeilles et des couvercles de paille décorées avec laine de plusieurs couleurs, et servant à couvrir des grandes assiettes de céramique grenadienne et des plats ou l’on servait le repas. Cette activité peut être considérée un fossile, car elle a disparu dans d’autres lieux de la géographie de la région. Le métier de tailleur de pierre calcaire et de marbre subsiste dans un atelier qui réalise des fontaines, des jardinières et des bancs. Les travaux de sellerie et cuir se trouvent dans un atelier qui réalise chaises, valises, etc.