Les fêtes de la Confrérie du « Buen Suceso »

L’existence de la Royale et Illustre Confrérie de Notre-Dame du « Buen Suceso » date des temps où l’on réalisait des vœux afin de solliciter l’intersection divine pour éviter les épidémies. Elle était patronne d’une corporation de tisseurs du XVIIe siècle. Quatre de ces industriels prennent l’initiative de lever le Retable, siège de la titulaire de la Confrérie qu’on peut contempler actuellement dans l’Église de San Francisco. Les tableaux de l’époque représentent les patronymiques de ces sponsors. Le retable est attribué à Juan de Dios Santaella. L’image qui le préside appartient à l’école grenadienne de la deuxième moitié du XVIIe siècle.

Pendant beaucoup d’années, ses fêtes populaires étaient célébrées au mois de Mars, avec solennels septénaires et procession. Mais, comme il n’existait pas de preuves documentaires ni bibliographiques, il n’y a pas des renseignements fiables sur la date d’arrêt de ces activités de culte dans la Confrérie, coïncidant peut-être avec une période de décadence ou disparition de la corporation de tisseurs qui donna vie à la Confrérie. Mais, vers le milieu de ce siècle, un groupe de personne donne vie à nouveau à cette confrérie avec la constitution d’un Comité Directeur, responsable du rétablissement du Culte et des fêtes annuellement célébrées au mois de Mai. La première fois qu’elle sort en procession coïncide avec une étape de sécheresse, c’est pour cela qu’on décida de faire le parcours par le Balcon de l’Adarve.

Pour l’entrée des jeunes dans la Confrérie, on créa le département des Horquilleros, avec le but de porter sur les épaules la Vierge dans les fêtes printanières, organisation de la procession dans les rues de Priego, ornementation du Retable et coopération dans la tombola.

Aux années 70, le groupe Scaut de Priego nomme la Vierge du “Buen Suceso” sa patronne. En 1967, l’image est restaurée par M. Manuel Arjona Navarro. Actuellement, on a constitué le département de la Bande de Tambours et Porteurs de la Vierge, dont le trône a été restauré par l’artiste local M. Cristobal Cubero Molina.