Église de San Francisco

ÉGLISE DE SAN FRANCISCO

DATE DE DÉBUT: XVIe-XVIIIe Siècle

STYLE: Baroque

ARTISTES:
Jerónimo Sánchez de Rueda
Juan de Dios Santaella

Sa construction remonte de 1510-12, à la merci de M. Pedro Fernández de Córdoba, premier Marquis de Priego, sous le patronage de Saint Esteban, qui ne fut pas terminée jusqu’à 1548. C’est une église gothique tardive ou mudéjar, rénovée au XVIIIe siècle en style baroque par Jerónimo Sánchez de Rueda et postérieurement par Juan de Dios Santaella. De l’église originelle, il ne reste que les plans du salon. Les travaux de renouvellement commencèrent en 1712 et on en voulut appliquer le même traitement qu’on avait fait dans l’église de l’Asunción : voûtes d’arête, coupole en godron et abondante décoration de plâtrerie baroque.

Le Grand Retable réalisé par Juan de Dios Santaella fut terminé en 1781. Il est composé d’un banc, un premier corps où l’on place les niches des saints franciscains et la niche au centre, dans laquelle on remarque l’image de l’Immaculée mise en relation avec l’entourage des Mora. L’ensemble finit avec un attique courbe avec une niche centrale qui contient l’image de Saint Esteban. La taille que lui recouvre est entièrement rococo.

La Chapelle de Jésus Nazaréen est l’une des bijoux du baroque « prieguense ». Commencée en 1731 par Jerónimo Sánchez Rueda y Juan de Dios Santaella. Son plan est hexagonal et composé de grandes niches, un grand balcon et sur celui-ci des baies-vitrées qui donnent de la lumière à l’ensemble. Les plâtreries sont dorées. Le retable fut réalisé en plusieurs phases sur le tabernacle primitif par Santaella vers 1760. Le deuxième corps fut réalisé en 1790 par Francisco Javier Pedrajas. On remarque au centre le médaillon du couronnement d’épines, qu’on croit œuvre de Remigio del Mármol. La niche, de plan octogonal et coupole en godron avec fenêtres est une œuvre de Pedrajas en 1788. En 1928, elle est victime d’une réforme, travail du sculpteur Garnelo, qui recouvre de marbres, sculptures et reliefs la niche, ne restant du projet originel que la décoration de la coupole. Là, on vénère l’image de Jésus Nazaréen qu’on attribue au grenadin Pablo de Rojas en 1592. Il s’agit d’une sculpture complète bien qu’elle soit habillée au XVIIIe siècle, époque dans laquelle on lui a placé une perruque en cheveux naturels pour augmenter le réalisme. Dans les deux côtés du retable on trouve deux niches avec la Vierge des Douleurs et Saint Jean Évangéliste, sculpture de l’entourage de Pablo de Rojas vers 1600. On garde aussi dans le retable deux œuvres de José Risueño : Saint Jean et Jésus enfant.

La Chapelle de Jésus de la Colonne a un plan rectangulaire avec une voûte en berceau. Elle était achevée en 1679. Elle eût un retable du début du XVIIIe siècle attribué à Sánchez de Rueda, remplacé par la suite par un néoclassique, cependant en 1942 on construisit un autre baroque inspiré dans un autre retable plus petit qu’on trouve dans cette chapelle de Saint Francisco. La niche, œuvre du siècle actuel, accueille l’image de Jésus de la Colonne, attribuée à Alonso de Mena vers 1640. Elle a plusieurs images d’intérêt comme celle de Saint Francisco Solano de José de Mora et d’autres attribuées à José Risueño.