Église de l’Aurore

ÉGLISE DE L'AURORE

DATE DE DÉBUT: XVe-XVIIIe Siècle

STYLE: Baroque

ARTISTES:
Juan de Dios Santaella

Ancien ermitage de Saint Nicasio, il a son origine au XVe siècle, même si les premières nouvelle qu’on en a, datent de 1528. Rénové au XVIIIe siècle par Juan de Dios Santaella. Son plan est rectangulaire, la voûte avec cinq travées en plein cintre avec fenêtres, situant le chœur haut dans la première travée et, à la tête, une coupole sphérique sur pendentifs. Les travées de la voûte sont projetées vers le sol au moyen de pilastres dans lesquels on trouve les tailles en plâtre de Saint Pierre, Saint Paul et les Évangélistes.

À l’intérieur il semble difficile de trouver un espace libre dû à l’exubérante décoration baroque qu’elle présente. Elle couvre la coupole et la voûte se distribuant aussi autour des fenêtres. Là, on mélange moulures géométriques, motifs végétaux et un grand nombre d’anges en buste, le tout remarqué par une frange en couleur bleu.

Le Grand Retable est composé d’un banc, un corps et une attique, et divisé en trois rues par compliquées colonnes diminuées. Dans l’attique on trouve la niche de l’image de Saint Nicasio, remarquée par deux grandes volutes.

Dans la rue principale un grand arc communique la niche de la Vierge, dans laquelle on remarque ses miroirs fourrés, ses plâtreries et la polychromie variée que combine de l’or et des imitations de marbre de grande diversité et coloris. De plan polygonal avec coupole sphérique sur corniche. L’image de l’Aurore est attribuée à Diego de Mora.

La façade fut achevée en 1772, attribuée à Santaella. On remarque la richesse des marbres polychromes. Elle est divisée en deux étages : le premier étage avec colonnes corinthiens et le deuxième avec colonnes torses qui encadrent la niche de la Vierge. À droite on trouve la tour avec une grande décoration baroque.

Le siège des “Hermanos de la Aurora” se trouve dans cette église, dont l’existence remonte à 1580. Ils parcourent les rues en chantant le chapelet et des chansons à la Vierges tous les samedis à minuit, une tradition très enracinée à Priego.